22 Juin 1786

Voyage de louis XVI dans sa province de Normandie

Titre : Voyage de louis XVI dans sa province de Normandie, manuscrit trouvé dans les papiers d’un illustre personnage…
Auteur : Le Tellier (ancien maire d’Harfleur)
Date d’édition : 1824

Passionné depuis l’enfance par la mer, Louis XVI est l’initiateur des travaux de la digue de Cherbourg. Il s’agit pour le souverain de faire du port Normand une base navale militaire pour une revanche contre les anglais.

En 1776, le roi charge Suffren de choisir le port le plus adéquat.

Dix ans plus tard entre le 21 et 27 Juin 1786, Louis XVI effectue en Normandie le seul voyage en province de son règne pour officialiser les travaux de Cherbourg.

Le 22 Juin 1786, il fait une étape à Caen sur les dix heures, dans une cohue presque dangereuse, où certains risquent de se faire écraser par les voitures du cortège. Le Roi « accorde aux habitants la permission de lui élever une statue ». Après Caen Louis XVI trouve qu’on ne le nourrit pas assez et pique une fringale de beurre, d’oeufs frais et de pain de ménage au relais de poste de Sainte-Croix-Grand-Tonne, (actuel Domaine de la Cour des Lys) dont les tenanciers manquent périr de saisissement. Tout le village accourt pour le voir manger, et le Roi fait largement offrir à boire.

On raconte qu’à la suite de cet évènement, le relais de poste pris le nom de « l’Hôtel fortuné ».

Juin - Novembre 1786

La fabuleuse histoire de Louisette (D’après une histoire vraie)

« Le seul voyage en province que fit Louis XVI durant son règne fut en Normandie pour se rendre à Cherbourg. Durant ce périple, il fit halte avec son cortège à Sainte-Croix-Grand-Tonne où s’y trouvait un relais de poste (actuel Domaine de la Cour des Lys) afin de s’y restaurer.

Le Roi entre dans le logis et s’assied sur un banc de bois, se fait servir sur la table des voyageurs, veut manger du gros pain de ménage, et le savoure avec délices.

Une villageoise prénommée Louisette se tenait à l’écart, et ne partageait ni la gaité, ni la société de ses compagnes. Cette singularité frappe le Roi, il l’a fait approcher.

• Qu’avez-vous donc, jeune femme ? • Monseigneur, je suis enceinte d’un garçon que mes parents (Fernand et Philippa) me refusent pour mari ; daignez me l’accorder, dit-elle en pleurant amèrement et tombant à genoux.

• Votre état est blâmable, lui répliqua le Monarque d’un ton sévère ; mais votre demande est légitime : je veux que vous soyez mariée pour mon retour. Je vous dote en faveur de l’enfant que vous portez…

On s’empare de la jeune fille, on la félicite sur l’heureuse circonstance qui lui rend l’honneur et la joie ; le carillon du village se fait entendre pour annoncer aux hameaux d’alentour l’allégresse et l’admiration dont la justice et la bonté du Roi viennent de remplir tous les cœurs. C’est ainsi que Louisette et Jean se marièrent. Martin, l’ainée d’une grande lignée vint au monde le 28 Novembre 1786.

11 Novembre 1918 - 2018

Deux arbres centenaires

Deux arbres centenairesDepuis la route passant devant la façade rénovée du bâtiment en ligne, on ne peut qu’être frappé par la majesté du lieu.Flanqué de part et d’autre de deux platanes, centenaires depuis peu comme en atteste la pierre gravée sur l’entrée Ouest on est loin d’imaginer le véritable bijou d’architecture gardé par ces arbres imposants.

Ces derniers, communément appelé « Arbre de la Liberté » ont été planté par A.Daigremont le 11 Novembre 1918, jour de l’armistice et fin de la première guerre mondiale.

Au cours du XIXe siècle ces végétaux synonymes de vie, continuité, croissance, force et puissance sont devenus des symboles de la République française avec la Marianne ou la semeuse.Il figure depuis 1999 sur les pièces françaises d'un euro et de deux euros.

Mars 2018 - Juin 2019

L’éclosion du Domaine de la Cour des Lys

Avec le temps et la modernisation, les relais postaux disparurent. L’abandon déposa alors son voile d’oubli sur les bâtiments, érodant lentement le lustre d’antan.

En 2018, malgré une première rénovation des façades et toitures en 2002 par un premier passionné, l’ensemble est devenu quasiment une ruine, envahie par la végétation. Sarah et Bertrand qui sont immédiatement conquis par les lieux rachètent la bâtisse. Ils s’attaquent alors à défricher entièrement la cour, à rénover et aménager les intérieurs et extérieurs, dans le respect des lieux, en mariant avec goût et passion les vieilles pierres et les matériaux modernes. Pendant près de onze mois, c’est au total 3700 m² de plancher qui seront restaurés.

Le 06 Juin 2019, le Domaine de la Cour des Lys ouvre finalement ses portes aux voyageurs.

Et maintenant ...

Laissez-vous porter par l’ Histoire du lieu … Ecrivez la Vôtre.